AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JAIMIE MIRANDA BRADSHAW

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
WILD HEARTi'm a phoenix in the water and always been a daughter


Messages : 188
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: JAIMIE MIRANDA BRADSHAW   Lun 29 Juil - 23:11

→ Jaimie est une geek. Et tout le monde le sait. Elle est amoureuse de son Mac Book Air, de son portable, de ses mails, de skype. Elle est une pro-internet ou tout ce qui s'y rapporte. Et elle ne se verrait pas vivre sans: son père habitant Londres, elle peut donc grâce à sa webcam lui parler, sa vie se trouve dans un disque dur externe (entendre sa musique, ses films, ses photos, ses vidéos...) D'ailleurs, elle se débrouille très bien et sait même un peu hacker.
→ C'est une grande gourmande. Elle adore la gastronomie étrangère : particulièrement française et asiatique. Elle cuisine un peu, mais elle préfère manger dans des restaurants où la nourriture est bien mieux cuisinée. Par chance, elle a beau s'empiffrer, elle ne grossit pas trop (bien qu'un peu)
→ Elle a beaucoup voyagé. Elle a vécu huit mois à Tokyo, un an et demi à New-York ou encore trois mois par-ce par-mà à Londres, Paris, Amsterdam. Jaimie est une grande nomade, même si ses racines sont et resteront à Sand Valley.
→ Elle a un petit chien: un petit bichon blanc qu'elle trimballe partout avec elle et qu'elle a appelé Jesus. Ne lui demandez pas pourquoi, elle n'en sait rien. Tout ce qu'elle sait c'est qu'elle est amoureuse de cette bestiole.
→ Elle est chercheuse de tête et adore son boulot. Parce 1) c'est une curieuse de première, 2) elle est obstinée, 3) elle aime les challenges.
→ Elle a une collection incroyable de sacs à main, et de chaussures. C'est les deux choses sur lesquelles elle se jette pendant les soldes (ou même durant toute l'année). Elle ne gagne pas énormément sa vie, ne vient pas d'une famille particulièrement aisée, pourtant elle pourrait mettre des fortunes dedans. Elle se soigne toutefois. On n'aura pas besoin de spécifier qu'elle est une fan incontestée des accessoires en tout genre et des vêtements. Heureusement pour elle, elle n'a pas tellement de goûts de-luxe et préfère "shopper" en ligne
→ Elle a une grande sœur. Elles ne sont pas proches, c'est à peine si elles se connaissent. Il faut dire que Lavender a choisi de rester auprès de sa mère alors que Jaimie, elle, a choisi son père. Il n'y a pas de froid entre les deux jeunes femmes, mais leur relation est étrange... Jaimie espère en revenant à Sand Valley, retrouver Lavender de qui elle était très proche gamine. De plus, les deux soeurs ne le savent pas (enfin Jaimie si, mais il faut qu'elle trouve le courage de le voir de ses propres yeux) ont une demie soeur, née d'une union extra-conjugale nommée Slythein Meade. Jaimie n'a pas encore fait sa connaissance trop sous le choc pour en avoir le courage.
→ Elle ne tient absolument pas à l'alcool, et se retrouve régulièrement à faire n'importe quoi à cause de ça. Mais Jaimie reste une fêtarde, qui ne sait pas résister à ses vices.
→ Dans sa vie il y a deux hommes : son fiancé et son meilleur ami. L'un est un homme parfait, bristish, avec une allure exceptionnelle, fidèle et droit, loyal, franc qui sait ce qu'il veut et qui l'a demandé en mariage de la manière la plus romantique qu'il soit. De l'autre il y a Ruben, le plus imparfait des hommes, geek à souhait, mais drôle, toujours présent, avec un sale caractère et une tendance au cynisme, mais aussi l'absence. Car depuis une certaine nuit, le jeune comme a disparu laissant seule Jaimie à sa condition humaine et perdue, avec un fiancé qui parait ne plus la satisfaire. Que veux-tu exactement Jaimie ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beingproject.forumgratuit.fr
Admin
WILD HEARTi'm a phoenix in the water and always been a daughter


Messages : 188
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: Re: JAIMIE MIRANDA BRADSHAW   Lun 29 Juil - 23:13

skype : Jaimie Bradshaw, connectée a écrit:

Jaimie vient de se connecter.
Julia F. vous appelle : accepter - refuser
→ mise en ligne avec Julia F. (45%)
« JAIMIE ! Ma poule ! Où te trouves-tu, quand rentres-tu ? OLALALAH, tu en manques des choses à Sand Valley ! Tu sais en plus le frère de la cousine de... » « MA JULIA ! N'oublie pas de reprendre ta respiration, tu as tendance à parler... Très vite sans respirer, ce qui est flippant. Je savais que tu étais un mutant. /rire/ Je suis à Tokyo. Va savoir pourquoi on m'a envoyé là-bas. Mais c'est incroyable tu verrais ... » /la coupant/ « Reviens Jaimie, Sand Valley c'est pas tout à fait pareil sans toi. » /petit rire de Jaimie/ « Je sais, personne ne peut se passer de moi. » /geste théâtrale. Julia sourit/ « Non mais franchement Jaimie, chez les Chinois quoi ! Rien à foutre là bas je suis sure... »/clin d'oeil/ « Baaah, tu sais, je suis pas sure d'être faite pour Sand Valley... Entre Ethan, ma mère et tout ça... » /regard mélancolique, et un peu gêné de Jaimie. Pas de temps de poursuivre une voix l'appelle./ « Désolée ma poule, Ruben a besoin de moi, il a encore du faire une connerie. Je devrais être de retour sur le continent Américain dans deux semaines, réserve moi au moins une soirée ! Ciao » /geste de la main/
Fin de la discussion en ligne.
« Ruben, j'ai un rendez-vous ce soir, tu voudras bien surveiller Jesus ? » crie à travers le petit appartement Jaimie tout en tentant d'appliquer une couche de son nouveau rouge à lèvres. Elle compte bien le séduire ce soir, faire perdre les pédales à ce charmant British : Duncan Starks, bien trop lisse à son goût. Elle sourit à son reflet dans le miroir de la salle de bain: le résultat lui convient. Ni trop, ni pas assez. Comme le disait Julia « Soit à la fois l'innocente et la parfaite coupable. » Jaimie n'avait rien de la femme fatale, comme pouvait l'être sa meilleure amie, mais elle avait le charme, sa maladresse et ses gaffes en sa faveur. Elle ne l'avouerait pas à Ruben, son meilleur ami, sa moitié son partenaire de boulot (entre autre), mais elle était terriblement anxieuse. Bien sur il le savait, il la connaissait par coeur, mais Jaimie était trop têtue pour le dire à voix haute : pourtant ce diner avec ce riche anglais dans l'un des plus beau restaurant de New-York l'effrayait au plus au point. Dès qu'elle l'avait vu entrer au bureau, elle l'avait voulu. Il était beau, charmant, avec un sens de l'humour à l'anglaise et brillant. Elle n'avait pas pu résister. L'approcher puis obtenir un rendez-vous fut un travail long et laborieux, dont elle parla bien entendu à sa "blonde". Cela avait même mal commencé : un café renversé sur le bureau du British, des excuses minables, un bégaiement qui revient et les joues rouges pivoines. Qu'elle avait été ridicule à ce moment là ! Et pourtant, Ducan avait cru apprécier, la trouver enfin à son goût. La remarquer enfin. Jaimie sourit au souvenir du bel anglais se levant précipitamment pour lui parler et lui dire que ce café sur sa chemise hors-de-prix lui importait peu. Elle détailla une dernière fois sa tenue, pas trop mécontente. Elle voulait absolument lui plaire, comme lui pouvait lui plaire. D'ailleurs elle voulait plus qu'un simple rendez-vous, elle le voulait pour des semaines, des mois, voire des années. « Jaimie, je ne suis pas la baby-sitter attitré de ton sale truc à poils. » Ruben passa la tête dans l'encadrement de la porte avec une moue renfrognée. A la vue de Jaimie dans sa jolie robe, il siffla, illustrant son approbation. « Très joli ! » Elle rougit et baissa les yeux vers ses orteils. « Merci » souffla t-elle tout en repassant une main gênée dans ses cheveux. « Surtout que moi aussi j'attendais quelqu'un. » A cette phrase, elle releva la tête soudainement. Ses yeux s'agrandirent d'incrédulité ou d'autre chose, Jaimie n'aurait su le dire, mais ça ne la laissait pas de marbre. « Baaah... » bafouilla-t-elle. « ... Tu n'auras qu'à dire que c'est ta bestiole que tu as sauvé du froid New-Yorkais. Ca la fera craquer. » finit-elle par dire prestement tout en quittant la pièce sans un regard pour Ruben.
Elle regarda fixement l'adresse. Slythein Meade, #43 Tempe Avenue, Sand Valley. Pendant tout ce temps elle avait été sous son nez. Jaimie déglutit avec difficulté, sentant les larmes brouiller sa vue. Elle ne comprenait plus ce qui se passait autour d'elle. Pourtant les jappements de Jesus aurait du la ramener à la réalité, et encore plus la voix inquiète de Ruben. Mais rien. Elle se contenta de rester là, à fixer ce foutu papier sans un mot, et totalement immobile. Savait-elle encore bouger ? Pouvait-elle encore lever un bras ? Elle n'essaya pas, mais remarqua assez vite que sa respiration c'était bloquée. C'est à ce moment là qu'elle s'effondra, chutant du canapé, livide, ses larmes sortants par flots de ses yeux fermés dans une grimace. « Jaimie ! JAIMIE !? » entendit de loin la jeune fille. Puis les bras de Ruben l'encerclèrent dans une étreinte serrée et protectrice, berçant ce corps qu'elle ne contrôlait plus. Son monde venait se s'effondrer, ce qu'elle croyait être sa vie, son père...
Dans un geste lent et comme au ralentis, elle le vit poser un genou à terre. Incrédule, elle le fixa. Que faisait-il ?! Relève toi Ducan, bordel, relève toi ! Pensa t-elle fort, espérant qu'il entende ses prières. Tous ses muscles étaient bandés, prêts à faire bondir son corps comme un animal sauvage qui va fuir. Totalement confuse, elle le regarda avec ses grands yeux écarquillés, comme ceux des personnages de dessin animé ont dans une situation farfelue. Elle ne comprenait pas tout à fait ce qui se passait. Ou plutôt refusait de comprendre. Pourtant, elle voulait réagir, elle voulait l'arrêter dans son mouvement, lui hurler qu'ils auraient du temps plus tard pour ça. Mais elle ne fit rien et continua de le suivre du regard, la scène sous ses yeux se déroulant au ralentis. Puis il commit l'irréparable. « Jaimie Miranda Bradshaw, voudriez-vous bien me faire l'honneur de devenir ma femme ? » Elle ouvrit la bouche, mais aucun son n'en sortit. Que pouvait-elle bien répondre à cela ? Rien ne l'avait préparé ! Tous les regards étaient à présent braqués sur elle. Elle tenta d'inspirer profondément, puis d'expirer lentement et longtemps comme on lui avait appris au yoga. Mais cela ne l'aida pas: Jaimie était en hyperventilation. Duncan la regarda sans ciller, se faisant pour la première fois autant humilier. D'ailleurs, avait déjà t-il ressenti ce sentiment auparavant ? Jaimie en doutait... Mais ces yeux qui ne la quittaient pas ... Et cette boîte ouverte devant elle, cette main tendue sans appréhension dans sa direction... N'avait-elle pas penser dès qu'elle avait posé les yeux sur lui que c'était le bon ? Très certainement, elle aurait pu presque en jurer. Elle finit alors par répondre « Oui. » Et alors qu'un vacarme montait, que la tension redescendait en chute libre et que Duncan se jeta sur elle pour l'embrasser langoureusement, jamais su qu'elle avait fait la plus belle connerie de sa vie.
Le choc l'envahit alors qu'elle se retrouvait face à ce corps inerte. Sa mère. Sa mère était morte, allongée là, face à elle, et Jaimie n'était pas foutue capable de réagir. Les gens déambulaient dans la petite demeure, venaient dire leur condoléances avec cet air faussement sincère, empreint d'une pitié feinte de situation. « Tous mes condoléances Jaimie, votre mère était quelqu'un d'extraordinaire. » Faux, mensonge. Sa mère était loin d'être quelqu'un d'extraordinaire: c'est à peine si elle était vivable. Folle, versatile, et totalement hors de la réalité, elle n'avait cessé de mener la vie dure à sa fille Jaimie. Alors qu'elle se tenait toujours devant ce corps sans vie, allongé dans le salon de la demeure "familiale" -qui aux yeux de Jaimie était plus qu'étranger- elle sentit une présence silencieuse à ses côtés. « Elle n'est plus là. » souffla cette voix grave et familière. Lavender. Jaimie n'osa pas lui jeter un coup d'œil. Sa soeur avait été seule à gérer la folie de leur mère, sa descente au enfer mettant sa propre vie totalement entre parenthèse. Jaimie sentit la culpabilité la gagner. Puis la peine, le vide, une immense douleur. Sa mère était partie pour de bon, elle ne reviendrait pas. C'était fini. Plus de baisers trop mouillés, d'appel surexcité parce qu'elle a cru voir Elvis dans un dinner paumé de l'autoroute, ou parce qu'elle ne sait plus où elle habite. Cette voix singulière à la fois légère et grave, érayée par la vie qui ne se départait pourtant pas de tout le bonheur qu'elle croyait tenir, ce repère parfois insupportable mais repère quand même. Une larme roula sur sa joue, silencieuse et brûlante. Elle ne regarda pas Lavender, et sortit de la maison en courant. Elle ne supportait plus ce corps, ce vide, ce salon pleins d'hypocrites et de vraie douleur.
Elle n'était plus la même depuis la mort de Mme Harris. Elle restait enfermée dans cette petite maison appartenant à un grand oncle, lui même décédé l'année précédente. Duncan l'avait "abandonné" pour une action humanitaire, Ruben, lui, restait impuissant à la douleur de sa meilleure amie. « Jaimie, tu veux un thé, un café, un truc plus fort ? » demanda t-il d'une voix douce, tirant la demoiselle de sa léthargie. Depuis des heures, elle était assise là, en tailleur, au milieu du salon, immobile et silencieuse. Ruben s'inquiétait de son état: peut être devrait-il l'amener dans un hôpital psychiatrique qu'elle reprenne du poil de la bête ? Cela faisait d'ailleurs plusieurs jours que ce schéma se répétait. Elle restait assise, répondait à peine aux tentatives d'aide de Ruben, et ne faisait rien de sa journée. Elle ne versait aucune larme, ne partait pas dans une crise d'hystérie, ne bougeait plus. Ruben attendit, accroupi face à elle -comme les jours précédents- s'attendant à ce qu'elle refuse d'un hochement de tête négatif. Mais elle le surpris. « J'ai besoin d'une cuite. » avoua t-elle en se relevant vite, un peu trop vite qu'elle perdit pied. Il la reteint par la taille, alors qu'elle voulait déjà se dégager de son étreinte. Elle paraissait pressée, enfin animée par une nouvelle énergie. Était-ce bon signe ? Aucune idée, mais Ruben tenta de le voir d'un bon œil. Il la laissa faire, alla lui même se préparer de son coté. Il ne la laisserait pas seule faire n'importe quoi.
Moins d'une heure plus tard il se retrouvèrent dans un bar de Sand Valley, une bière à la main. Les autres bières, shot, vodka s'enchainèrent rapidement. Un peu trop pour Jaimie qui n'a jamais eu une très grande résistance à l'alcool. Alors qu'elle dansait, riait à gorge déployée, brandissait un shot à la santé d'un inconnu, Ruben, lui se laissait envahir par la sensation de chaleur que tout cet alcool procurait et par le bonheur de la retrouver. Elle était tellement belle quand elle riait... Jaimie, elle, vint se coller à lui, poser son joli visage au creux de son cou, s'imprégnant de son odeur familière, réconfortante. Elle se mit à frissonner, enfin calmée, mais aussi bien alcoolisée. Ruben décida alors de la ramener à la maison. Il la porta la moitié du chemin, le reste, ce fut la voiture qui s'en occupa. Une fois arrivée, Jaimie dans un sourire coquin et un geste théâtrale, laissa tomber son manteau qui effleura ses épaule et son dos. Puis, elle se retourna et ne laissant pas le temps à Ruben de réagir vint se coller à lui et l'embrasser passionnément. C'était étrange, comme si elle avait attendu ça depuis longtemps. Elle se demanda si l'alcool agissait sur elle comme un sérum de vérité ou simplement comme un désinhibiteur. Aucune idée mais qu'est ce qu'elle était bien dans les bras de cet homme... Les vêtements finirent par voler dans la maison assez vite, laissant les deux nouveaux amants à leur jeux. La nuit fut courte mais empreinte d'un amour nouveau. Hélas le lendemain, à son réveil, il n'y avait plus de Ruben : ni dans le lit, ni dans la maison. Il avait disparu et pour de bon, à la plus grande tristesse de Jaimie qui se retrouvait perdu et tiraillé entre l'amour de deux hommes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beingproject.forumgratuit.fr
 
JAIMIE MIRANDA BRADSHAW
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nadeah Miranda (membre de Nouvelle Vague)
» Tiny Bradshaw
» Nadéah
» Jamie Saft
» Bear Family Records Newsletter du 21/09/2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Votre 1ère catégorie :: présentations-
Sauter vers: