AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 RUPERT LUDLOW (the hairy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
WILD HEARTi'm a phoenix in the water and always been a daughter


Messages : 188
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: RUPERT LUDLOW (the hairy)   Mar 19 Aoû - 11:57

Citation :

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Say something, I'm giving up on you
I'll be the one, if you want me to
Anywhere I would've followed you
Say something, I'm giving up on you

aquaticwonder@tumblr ☆ alex & sierra@say something

Rupert Ludlow
vingt-sept ans ○ Édimbourg (Ecosse) ○ the sun also rises
médecin pour une ONG internationale


Rupert est un grand amateur de whisky. ☆ Plutôt chauvin, même très fier de ses origines écossaises, il respecte les traditions écossaises (et a effectivement un kilt au fond de son placard). ☆ N’a eu qu’une vraie relation longue : avec Enola Flynn. ☆ Son père était duc et avait une grande fortune. Toutefois son récent décès a entraîné des problèmes testamentaires et de lègue de titre. ☆  Rupert est d’ailleurs l’aîné d’une famille de trois enfants : il a une sœur de deux ans sa cadette et  un frère de quatre ans son cadet. ☆  Grand mélomane, il a une collection incroyable de vinyles. ☆ Il fume pas mal, bien qu'il soit médecin et connaisse les dangers de la cigarette. ☆ C'est un grand lecteur : il a besoin de lire avant de s'endormir et cela même si il est cinq heure du matin et qu'il a trop bu. ☆ Il écrit comme un cochon. ☆ A vécu une dernière année difficile entre l'éloignement avec Enola, la guerre et ce qu'il a pu voir, ainsi que la mort de son père et les conflits entraînés par sa disparition. ☆ S'il devait être embauché à l'hôpital, il voudrait travailler aux urgences ou en pédiatrie. ☆ N'aime pas se raser, ni aller se faire couper les cheveux. ☆ Il ne dort pas beaucoup, mais il ne dort bien qu'en compagnie d'Enola.
☆ Canonsburg est une ville plutôt sympathique, n'est-ce pas? Il a atterrit à Canonsburg après que sa petite-amie y ait trouvé un emploi. S'il ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam la petite bourgade, ce n'est pas pour autant qu'il n'avait pas quelques a priori. Toutefois ils ont trouvé avec Enola un bel appartement confortable et les habitants sont plutôt sympathiques bien qu'il n'ait pas fait plus d'effort pour s'intégrer à la communauté. Toutefois son charme écossais semble lui apporter une sympathie de la part de ses compatriotes de Canonsburg. ☆ Quels sont tes ressentis face à la fusillade survenue l'an dernier? Rupert a eu très peur. En effet, il avait bêtement demandé à Enola d'aller chercher une broutille au supermarché et il a longtemps culpabilisé à ce propos. Surtout que pendant un temps, Nola ne répondait plus au téléphone et que Rupert fut pendant de longues minutes persuadé qu'elle était coincée là dedans. Toutefois, il est fortement attristé de voir qu'un tel acte de barbarie a encore lieu à leur époque. ☆ Tes ambitions, dans la vie, c'est quoi? Rupert aujourd'hui aspire sans doute à trouver un poste plus stable, qui ne le ferait pas autant voyager. Il pourrait sans doute ainsi construire une famille avec la femme qu'il aime (aujourd'hui Enola qu'il espère encore à ses côtés pendant de longues années), pourquoi pas être marié, et si la chance lui sourit être chef de service en pédiatrie ou aux urgences dans un hôpital. Sans compter des vacances dans le château dont il a hérité en Ecosse.

♢ PRÉNOM + PSEUDO. Sarah ♢ ÂGE + RÉGION/PAYS. 20 ans (tout juste), Bretagne. ♢ D'OÙ TU CONNAIS MG? Bazzart of course. ♢ COMMENTAIRES. Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beingproject.forumgratuit.fr
Admin
WILD HEARTi'm a phoenix in the water and always been a daughter


Messages : 188
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: Re: RUPERT LUDLOW (the hairy)   Mar 19 Aoû - 11:58

I'll wrap up my bones, And leave them
Out of this home, Out on the road.
daughter, still


Il devait rentrer dans quelques jours et cette perspective l’enchantait. Retrouver Canonsburg, quitter l’enfer terrestre que représentait la guerre, retrouver Enola et la paix. Rupert avait déjà en partie empaqueté ses affaires, préparer soigneusement son périple de retour et élaborer une surprise pour la jolie brune qui l’attendait à Canonsburg. Ce jour là, il décomptait les jours, impatient. Il avait sans doute vécu une très belle aventure avec Médecin du Monde, mais la guerre l’avait transformé. La guerre et ses tableaux d’atrocité l’avaient soumis à rude épreuve. Bien que son métier lui ait fait voir précédemment des choses difficiles, la guerre et les tueries de civils, les milliers de morts et autres ignominies l’avaient marqué au fer rouge,  et le jeune homme ne voulait plus être face à tout ca ; il regrettait presque son engagement dans l’association. S’il avait été très certainement utile (soit son but premier) il se posait la question d’une reconversion.  En effet, il voulait que sa vie change, qu’il puisse se construire plus en tant que jeune homme mais avoir une vie d’homme : pourquoi pas être fiancé, ou même marié, et une famille plus tard. Il avait sans doute le temps pour ça, il restait relativement jeune, mais la vie passait tellement vite et semblait tellement fragile : encore hier, il avait évité de peu un bombardement dans la ville ! Alors qu’il était assis sur un entassement de pneus, en pleins milieu d’un camp à vacciner des enfants, il réfléchissait à sa vie future et sans doute à un avenir plus simple, sans déplacement au bout du monde ni guerre. Mais le destin semblait en avoir décidé autrement. Une sonnerie retentissante le coupa dans sa vaccination. Il enfonça sa main dans la poche de son treillis et en sortit son portable sans regarder l’écran, persuadé que cet appel venait d’une très jolie brune. Néanmoins, la voix grave de son interlocuteur le ramena à une tout autre réalité.
« Monsieur Ludlow ? » Dit la voix inconnue. « Oui ? » répondit Rupert, le cœur battant. Que s’était-il passé ? Enola avait-elle eu un problème ? Ou était-ce un membre de sa famille ? Il déglutit difficilement en attendant la suite. Il savait, il le sentait, qu'une chose grave était advenue. Le pressentiment l'écrasait alors que son interlocuteur retardait la conversation, cherchait ses mots. Et puis la nouvelle s’abattit sur lui. « Monsieur Ludlow, je suis sincèrement désolé de vous apprendre cela comme ça, mais votre père est décédé cette nuit. » La nouvelle le saisit à la gorge. Les mots lui manquèrent. Puis le souffle. Que dire, que faire? Un grésillement intense envahit ses oreilles ce qui l'empêcha d'entendre quoique se soit de plus. Le monde parut s'arrêter, s'effondrer. Il déglutit difficilement une fois de plus. Il tenta de se ressaisir. Et avant de s'effondrer plus tard, dans sa tente, il remercia l'homme qui lui accordait ses condoléances mais raccrocha tout aussi tôt. Il n'y avait plus de Canonsburg mais bien un aller imminent pour l'Ecosse.
La première personne qu'il appela une fois seule fut Enola. Il devait la prévenir, lui dire. Mais le décalage horaire l'empêchait d'obtenir une réponse, d'entendre sa voix et il dut se limiter au son du répondeur. « Enola-- » dit-il la voix faible. « C'est Rupert. Je-- je viens de perdre mon père. Je-- hum je crois qu'il est décédé mais je-- je ne suis pas sure d'avoir tout compris. » Il laissa une pause, se laissa prendre une grande inspiration. Il ne voulait pas craquer, pas sur un répondeur. « Je dois prendre un avion pour l'Ecosse pour l'enterrement et pour régler certaine question. Je-- hum, tu peux me rejoindre si tu veux mais je comprendrais que c'est compliqué pour toi. » Une nouvelle pause. « Voilà. Je t'aime Nola. » Il raccrocha et laissa son portable tomber par terre. Il n'avait plus rien à dire. La solitude l'étreignit alors qu'une nouvelle alerte à la bombe agitait le camp tout entier.


----

Il faisait rouler la bague entre ses doigts, allongé seul et dans le noir sur leur lit. Depuis son retour, il avait l’impression que les choses avaient changées. Il n’aurait su dire comment ou pourquoi, mais son couple semblait malheureusement vacillé. Cette idée le fit frissonner. Il n’avait plus qu’Enola, à vrai dire il n’y avait jamais vraiment eu d’autres personnes. Nola ; la belle brune qu’il avait réussi à séduire lors d’une soirée étudiante trop arrosée, celle qui le soutenait même dans ses ambitions folles, celle qui le faisait rire même lors d’évènements tragiques. Il n’y avait que Nola. Mais Rupert commença à se poser la question si, de son côté à elle, il n’y avait toujours que lui. Il était parti longtemps ce qui aurait pu expliquer une première distance de la part de la jeune femme. Toutefois ce n’était plus une certaine distance qui s’était imposée entre eux mais bien une véritable méfiance, un silence gênant et pesant. Il aurait aimé se dire que rien avait changé mais il ne pouvait plus se voiler la face, voilà pourquoi, ce soir là, il jouait avec le joli anneau fin serti d’un diamant délicat qu’il avait réservé pour celle qu’il considérait comme la femme de sa vie. Si quelques mois plus tôt il était persuadé de se lancer une fois rentré, aujourd’hui il lui semblait impossible voire risqué d’énoncer la célèbre petite phrase : « voudrais-tu m’épouser. » Sa mère et Fiona avaient été ravies d’en entendre parler : une charmante nouvelle après ce qui leur avait paru comme le drame de leur vie. Mais ce soir, les remarques de ses proches se mêlaient aux récents souvenirs du comportement ambivalent de la jolie brune, semant ainsi le doute dans son esprit. Fatigué, las, mais incapable de dormir, il se leva pour aller chercher une cigarette ou un verre d’eau, à vrai dire il ne savait pas bien ce qu’il cherchait – sans doute une réponse aux milliers de questions qui encombraient son esprit. A pas furtif, il atterrit dans le salon, où un silence d’église régnait bien que la petite lampe soit allumée. Une fois de plus, Enola avait décidé de dormir dans le salon, ou du moins n’avait pas fait l‘effort de venir le rejoindre quand le sommeil la gagna. Il souffla ; c’était bien la seule réaction qu’il pouvait avoir. Que dire ? La mette devant les faits, lui tirer les vers du nez pour apprendre une vérité qui le blesserait ? Rupert hésitait. Il préféra s’emparer d’une bouteille de jus d’orange, en boire au goulot, et la reposer là où il l’avait trouvé. La bague toujours dans la main, il regarda successivement le petit bijou et Enola. Ce n’était décidément pas le moment de se lancer, décida t-il. Après un moment à regarder la jeune femme dormir, il finit par éteindre la petite lampe, saisir un plaid et l’étendre sur la jeune femme. Puis il quitta la pièce, retourna dans la chambre vide où il déposa soigneusement la bague dans son écrin, qu’il cacha de nouveau sous un tas de pull dans la commode et retourna sur le lit, où il passa la nuit, éveillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://beingproject.forumgratuit.fr
 
RUPERT LUDLOW (the hairy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hairy tsunami sur le métal
» Rupert Alexander Lloyd Grint
» The Fleur De Lys
» R.I.P. ASLAN..............
» shadow hill ou rupert neve format 500

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Votre 1ère catégorie :: présentations-
Sauter vers: